Une catastrophe silencieuse aux effets durables – A silent disaster with lasting effects

Embankments broken, houses flooded, a cyclone has always long-term impacts for local communities that prevent them from thriving.

by MARC ELVINGER, Chairman Friendship Luxembourg
& STÉPHANE VAN HAUTE
June 10, 2021

Chères amies, chers amis,
Dear Friends of Friendship (translation below),

Cette Newsletter aurait dû traiter de Poésie et de Foot dans les camps Rohingya de Cox’s Bazar, mais la « météo » en a décidé autrement. Le 26 mai, le cyclone Yaas s’est en effet abattu sur la côte nord-est de l’Inde avec des vents allant jusqu’à 150 km/h. Alors même qu’il n’a pas frappé le Bangladesh de plein fouet, ce cyclone a laissé dans son sillage un cortège de sinistres dans la zone côtière du pays. Les vents violents, couplés à la pleine lune, ont provoqué une marée excédant de deux mètres le niveau normal, détruisant digues, maisons et cultures, et emportant volaille et bétail. Certaines zones d’intervention de Friendship (Shyamnagar, Assassuni et Mongla) ont été particulièrement touchées : les digues s’y sont rompues en au moins dix endroits, mettant près de 8.000 personnes en grand danger et impactant plus de 55.000 familles.

Malgré cet impact massif, Yaas n’a pas fait la une des médias ! Ceci pour une raison dont, en soi, on ne peut que se réjouir : grâce à l’amélioration des systèmes d’alerte précoce, des mesures d’évacuation préventive et de la meilleure préparation des communautés aux événements climatiques extrêmes, le nombre de morts occasionné par les cyclones est en baisse continuelle depuis des décennies. Là où, il y a dix ou vingt ans, d’autres cyclones de même intensité pouvaient faire des milliers de victimes fatales, Yaas n’a, selon les chiffres officiels actuellement disponibles, fait « que » onze morts !

L’envers de la médaille est que, de plus en plus, ces catastrophes naturelles deviennent des « désastres silencieux », pour reprendre les mots de Kazi Amdadul Hoque, notre responsable Climate Action au sein de Friendship Bangladesh. Ceci alors qu’ils anéantissent des années d’efforts de dizaines de milliers de personnes vivant constamment sur le fil du rasoir. Silencieux autant qu’à effets durables et rampants sur le long terme ! Yaas a frappé un an après le super-cyclone Amphan dont les conséquences perdurent jusqu’à aujourd’hui : plus de 100.000 personnes vivent encore dans des abris temporaires ; l’accès à l’eau potable reste compromis pour un grand nombre ; et la salinisation des terres progresse en raison des inondations provoquées par la rupture des digues. Un article paru dans la foulée immédiate du cyclone Yaas dans le Dhaka Tribune documente de façon poignante ces effets (presque) cachés et à long terme du cyclone Amphan. Et ce ne sera pas différent pour Yaas !

Friendship, quant à elle, n’a d’autre choix que d’agir sur le court et le long terme à la fois. Dans l’immédiat, un projet d’aide d’urgence et de réhabilitation en faveur de quelque 15.000 familles particulièrement affectées sera mis en œuvre dans la mesure de la mobilisation de ressources financières suffisantes, mobilisation aléatoire, compte tenu précisément du caractère « silencieux » de la catastrophe. Friendship Luxembourg souhaite participer à cet effort à hauteur de quelque 60.000 EUR (un premier montant de 10.000 EUR a d’ores et déjà été libéré à cet effet afin de répondre aux besoins les plus urgents) avec, espérons nous, l’appui de la Coopération Luxembourgeoise et, bien sûr, le vôtre. Sur le long terme, Friendship poursuit et amplifie ses activités de préparation aux catastrophes naturelles des communautés les plus exposées, tout en développant un programme toujours plus vaste de plantation d’arbres de mangroves dans cette zone côtière du sud-ouest du Bangladesh. Car chaque nouveau cyclone – Yaas s’insère dans une longue série – nous rappelle à quel point une mangrove protectrice permet de préserver les digues de l’érosion, empêchant ainsi la destruction des habitations ainsi que l’inondation et la salinisation des terres agricoles. Une surface de 100 hectares de mangrove a déjà été plantée par Friendship avec l’appui de Ministère de l’Environnement ; et de nouveaux partenariats – avec notamment la Fondation Hellef fir d’Natur et Raiffeisen – vont permettre d’amplifier le programme à l’appui duquel Friendship Luxembourg lance par ailleurs une campagne de collecte de dons : 4 EUR donnés = 1 arbre planté et protégé jusqu’à maturité, soit 12.000 EUR par hectare de plantation.

Merci, toujours, pour votre appui.

There is hope to face climate disasters and nature-based solutions such as mangrove reforestation is certainly a light of hope.

Dear Friends of Friendship,

This Newsletter should have been about Poetry and Football in the Rohingya camps in Cox’s Bazar but the weather decided otherwise. On 26 May, Cyclone Yaas hit the northeast coast of India with winds of up to 150 km/h. Although it did not hit Bangladesh at the maximum of its strength, the cyclone left a trail of destruction in the coastal area of the country. High winds and a full moon caused the tide to rise two metres above normal levels, destroying embankments, houses and crops, and washing away poultry and livestock. Some of Friendship’s intervention areas (Shyamnagar, Assassuni and Mongla) were severely affected: embankments broke in at least ten places, putting nearly 8,000 people at great risk and impacting over 55,000 families.

Despite this massive impact, Yaas did not make the headlines! This is for a reason, which in itself is cause for satisfaction: thanks to improved early warning systems, preventive evacuation measures and better community preparedness to extreme climate events, the number of deaths caused by cyclones is constantly falling over the last decades. Where ten or twenty years ago other cyclones of similar intensity could claim thousands of lives, Yaas, according to official figures presently available, claimed “only” eleven!

The flip side of the coin is that, increasingly, these natural disasters are becoming “silent disasters” in the words of Kazi Amdadul Hoque, Head of Climate Action at Friendship Bangladesh, while they wipe out years of effort by tens of thousands of people living on a constant razor’s edge. Silent, long term and stealthy! Yaas struck a year after Super Cyclone Amphan, the consequences of which continue to this day: more than 100,000 people are still living in temporary shelters; access to clean water remains compromised for many; and land is becoming increasingly saline due to flooding from breached dykes. An article in the immediate aftermath of Cyclone Yaas in the Dhaka Tribune poignantly documents these (almost) hidden, long-term effects of Cyclone Amphan. And things will be no different with Cyclone Yaas!

Friendship, for its part, has no choice but to act in both the short and long term. In the immediate term, an emergency aid and rehabilitation project for some 15,000 particularly affected families will be implemented, subject to the mobilisation of sufficient financial resources, a challenging task because, precisely, of the largely “silent” character of the disaster. Friendship Luxembourg would like to contribute to this effort with some 60,000 EUR (a first amount of 10,000 EUR has already been released for this purpose so as to cover the most urgent needs) with, we hope, the support of the Luxembourg Cooperation and, of course, your support.

In the long term, Friendship is continuing to expand its disaster preparedness activities for the most vulnerable communities, while developing an ever-expanding mangrove tree plantation programme in this coastal area of southwest Bangladesh. Each new cyclone – Yaas is just one in a long line – indeed reminds us of how a protective mangrove can keep embankments from erosion, preventing the destruction of homes and the flooding and salinisation of farmland. Friendship has already planted 100 hectares of mangroves with the support of the Ministry of the Environment; and new partnerships – notably with the Fondation Hellef fir d’Natur and Raiffeisen – will allow the programme to be expanded. In this context, Friendship Luxembourg is also launching a fundraising campaign towards the larger public: 4 EUR donated = 1 tree planted and protected until maturity, i.e. 12,000 EUR per hectare of plantation.

Thank you, as always, for your support.

Spread the love

You may also like

C’est la rentrée!

C’est la rentrée!

by ESMERALDA CHUPINAugust 31, 2021 En cette fin du mois d’Août 2021, à l’occasion de la Braderie de rentrée, Friendship a pu installer son stand devant la vitrine de son nouveau Pop-Up Store du 22 Grand Rue ! Malgré quelques nuages un peu menaçants, l’ambiance était...

An Equal Healthcare

An Equal Healthcare

Friendship founder Runa Khan explains why the world needs healthcare that takes care of all living beings, rather than just humans The Covid-19 pandemic has shown that we are all unsafe until all of us are safe. © YANN ARTHUS-BERTRAND by RUNA KHANAugust 11, 2021 The...