‘Stop the tap, look at the river’

Bestselling author Erik Orsenna says mobilising for river management today is the only way to prevent conflicts in the future

Erik Orsenna, front-and-centre-left, with Friendship founder, Runa Khan front-and-centre-right, observe a map during their field visit to the river-islands of Bangladesh. ©Friendship
Interview by Naushad Ali Husein
Translation by Eva Barre
November 5, 2023

(La version française apparaît ci-dessous.)

Lover of rivers, Érik Orsenna, is a former French politician, novelist and chair of the Initiatives pour l’Avenir des Grands Fleuves (IAGF) aka Initiatives for the Future of Great Rivers (IFGR). In October, he led a global team of river experts to Bangladesh to explore the world’s largest delta. He sat down with Friendship at the end of his trip to talk about what he saw.

Friendship News Desk: What is it about deltas that is so important?

Erik Orsenna: Every delta in the world is under threat. The reason is always the same: we’ve built more dams upstream, we’ve destroyed the protective mangroves, which means that the deltas are lowering because there’s less water flowing into them, and they can’t fight against an ocean that’s rising due to global warming. So, 10 years ago, there was already the problem of upstream dams. 93 to 95% of Bangladesh’s water comes from elsewhere, water over which they have no control, since it comes from India or China. So that’s always been there. The other question is that climate change is accelerating, and what does climate change mean? It means that the Bay of Bengal is tending to rise. So, if there’s less flow from the north and more expansion, obviously the country sinks. And we’ve seen that this is the first consequence of climate disruption.

The second consequence of climate disruption is that extreme phenomena, particularly cyclones, are multiplying. There were cyclones every 10 years, now there are cyclones every 2 years. And so, we went to see what Friendship, other NGOs and the government are doing to mitigate the effects of the ever-increasing number of cyclones.

F: How do you compromise between the immediate needs of riverine communities and the long-term sustainability?

A delegation of experts visited Friendship’s work areas in the climate-affected north and south of the country as part of their study. © Friendship

E: What’s happening at the moment is that there’s both a sense of urgency and a need for the long term. Urgency, because serious phenomena are multiplying, such as droughts, floods, and cyclones. When dramatic phenomena multiply, we have to respond to them. And then we need long-term adaptations. And then there’s the even longer-term battle against climate change. So, you have the emergency, the short term and the long term. And the question is whether you have to do everything at once. In cases like this, of course, the shorter the term, the more attention we pay. Let me give you a very clear example: in the short term, we say we’re going to build dykes. But everyone knows that no dyke will be stronger than the ocean. So, we have to rebuild what we destroyed, which was a much more effective barrier than a dyke, called a mangrove. But it takes ten years to rebuild a mangrove. So, we have to do both things at the same time: protect extremely vulnerable populations, and prepare for the future.

What I saw with Friendship was a very exceptional model of mangrove reconstruction. So, it’s an example of saying “what species are we going to choose, where are we going to plant them, what directions, how are we going to integrate this project into the communities?”

F: In order for your trip to be a success, what would the main outcomes need to be?

The aim is not to make this mission a success. It’s about trying to find ways for my small association to cooperate with the larger Friendship association. And so, we’ve come up with a number of lines on which we could work together. The first line is called hydro-diplomacy, i.e., learning to share the water of the same river. It’s not easy, because there’s India, because there’s China. Except that we, in our association, have a great deal of experience in these sharing issues, with the St. Laurent between Canada and the United States, with the Senegal River in West Africa and with a binational dam between Paraguay and Brazil. So, the first line of possible cooperation is to work together to improve hydro-diplomacy and water sharing.  

“…not investing in protecting a river is much more expensive than investing. When you don’t invest, you accumulate debts that will be passed on to future generations.”

Erik Orsenna

Our point is to work together on a kind of project to try to convince people that not investing in protecting a river is much more expensive than investing. When you don’t invest, you accumulate debts that will be passed on to future generations.

And there are two other points: the first is how to give people the deep feeling that this river is part of the family, how to get them to care for this river as a living being, as a member of their family, from the earliest age. That’s why we’re launching a series of actions in France, where we’re going to get classes of 10-12 year olds to adopt a piece of river, and we’re also going to launch this with Bangladesh.

In other words, we’re going to have classes of 10-12 year olds adopt a piece of the river. As this action is of great interest to Friendship, it will also be adopted by classes here in Bangladesh, and there will be dialogues between the children of France and the children of Bangladesh on this question of adoption, to say “here’s news of my river” as we might say “here’s news of my dog, my cat”.

And last but not least: we’ve come up with the idea of launching a joint treasure. In other words, rivers aren’t just reservoirs of fish, they’re also reservoirs of legends, rivers are places where art has always been created, with paintings, music, novels, tales and religions. So together, we’d like to propose to UNESCO the creation of a great treasure trove of the world’s rivers.

Lastly, I’d like to say that for countries that call themselves temperate, like France, Bangladesh is basically the extreme, which may well be our future. So, the solutions we find as quickly as possible for Bangladesh will be the same solutions we’ll have to find only a little later for temperate countries like France.

Erik, centre background in blue cap, has an engaging discussion onboard the B613, the largest malar boat in existence. © Friendship

For us, Bangladesh isn’t exotic. We’re members of the same fraternity, and our challenges are the same. I’m not looking for exoticism, I’m looking for similarity.

Or more exactly friendship.

F: You have extended this friendship in many countries…

E: Yes, we propose actions, given what we’ve seen, most of the time we admire and say “this is how we could help you”. In certain areas, they’ll help us. It’s an exchange. Given the urgency and gravity of the situation, we need to join forces. The forces of international and multidisciplinary associations, but also governments and associations. It’s a general mobilisation.

It’s not just about cyclones, floods, and drought. You see, it’s the question of drinking water. It’s the question of pollution. So, what seemed natural is no longer natural because nature is suffering. So, here’s the situation, once again it’s a question of peaceful mobilisation, because if we don’t have this peaceful mobilisation, conflicts are going to break out all over the place.

Awareness starts with children. When you ask city children where their water comes from, they say “from the tap.” This unbearable concept has to end. I can suggest a sort of idea comes to me: stop to the tap, look at the river.


FRENCH VERSION:

The delegation poses for a group picture on the prow of the B613 during their packed schedule in Bangladesh. © Friendship

Friendship News Desk: Pourquoi les deltas sont-ils si importants ?

Erik Orsenna: Il faut savoir que tous les deltas du monde sont menacés. Pour toujours la même raison : on a multiplié les barrages en amont, on a détruit les mangroves de protection, ce qui fait que les deltas s’abaissent parce qu’ils sont moins alimentés, et qu’ils ne peuvent pas lutter contre un océan qui a tendance à se dilater à cause du réchauffement climatique. Donc il y a 10 ans, il y avait déjà le problème des barrages en amont. 93 à 95% de l’eau du Bangladesh vient d’ailleurs, d’Inde ou de Chine, une eau sur laquelle ils n’ont donc pas de maîtrise. Donc ça, ça a toujours existé. L’autre question, c’est que le changement climatique s’est accéléré, et le changement climatique ça veut dire quoi ? Ça veut dire que le Golfe du Bengale a tendance à se dilater. Donc s’il y a moins de flux venant du Nord et plus de dilatation, évidemment le pays s’enfonce. Et on a vu que c’était la première conséquence du dérèglement climatique.

La deuxième conséquence du dérèglement climatique, c’est que les phénomènes extrêmes et notamment les cyclones, se multiplient. Quand il y avait des cyclones tous les 10 ans, maintenant il y en a tous les 2 ans. Et donc nous sommes allés regarder comment Friendship, bien d’autres organisations et l’Etat font pour rendre moins grave des cyclones de plus en plus nombreux.

F: Comment trouver un compromis entre les besoins immédiats des communautés riveraines et la durabilité à long terme ?

E: Ce qui se passe en ce moment, c’est qu’il y a à la fois de l’urgence et la nécessité du long terme. L’urgence, parce que les phénomènes graves se multiplient, c’est-à-dire à la fois des sécheresses, des inondations, des cyclones. Quand les phénomènes dramatiques se multiplient, il faut répondre à ces phénomènes dramatiques. Et puis il faut des adaptations à long terme. Et puis il faut des luttes encore à plus long terme contre le dérèglement climatique. Donc vous avez l’urgence, le court terme et le long terme. Et la question c’est qu’il faut tout faire en même temps. Dans des cas comme ça, évidemment, plus c’est dans le court terme, plus on y porte attention. Je prends un exemple très clair : à court terme, on va bâtir des digues. Mais tout le monde sait qu’aucune digue ne sera plus forte que l’océan. Donc il faut reconstituer ce qu’on a détruit, qui était une barrière bien plus efficace qu’une digue, qui s’appelle une mangrove. Mais avant de reconstruire une mangrove, il faut une dizaine d’année. Donc il faut faire les deux en mêmes temps : protéger les populations en extrême fragilité, et de l’autre côté un peu préparer l’avenir. Ce que j’ai vu avec Friendship, c’est un modèle très exceptionnel de reconstruction des mangroves. Donc c’est un exemple même de dire « quelles espèces on va choisir, où est-ce qu’on va les planter, quelles orientations, comment on va intégrer ce projet dans les communautés ? ».

F: Pour que votre voyage soit une réussite, quels devraient être les principaux résultats ?

L’objet n’est pas de faire de cette mission un succès. L’objet c’est d’essayer de trouver des manières de coopérer entre ma petite association et cette grande association qu’est Friendship. Et donc, nous avons trouvé des lignes sur lesquelles nous pourrions travailler ensemble. Une première ligne s’appelle l’hydro-diplomatie, c’est-à-dire apprendre à partager l’eau d’une même rivière. Ce n’est pas facile, puisqu’il y a l’Inde, puisqu’il y a la Chine. Sauf que nous, dans notre association, nous avons une expérience très grande de ces questions de partages, avec le Saint-Laurent entre le Canada et les Etats-Unis, avec le fleuve Sénégal en Afrique de l’Ouest et avec un barrage binational entre le Paraguay et le Brésil. Voici donc une première ligne de possibilité de coopération : travailler ensemble pour améliorer cette hydro-diplomatie, ce partage des eaux.

…ne pas investir dans la protection d’un fleuve coûte bien plus cher qu’investir. Quand on n’investit pas, de fait on accumule des dettes qui vont se retourner contre les générations futures.

Erik Orsenna

Notre point c’est de travailler ensemble sur une sorte de projet pour essayer de se rendre compte à quel point ne pas investir dans la protection d’un fleuve coûte bien plus cher qu’investir. Quand on n’investit pas, de fait on accumule des dettes qui vont se retourner contre les générations futures.

Et il y a deux autres points : le premier point, c’est comment donner aux populations le sentiment profond que ce fleuve fait partit de la famille, comment dès le plus jeune page faire en sorte qu’ils prennent soin de ce fleuve comme un être vivant, comme un membre de leur famille. C’est pour ça que nous, nous lançons en France une série d’actions ou nous allons faire adopter par des classes d’enfants de 10-12 ans un morceau de rivière, et on va lancer ça aussi avec le Bangladesh.

C’est-à-dire que nous allons faire adopter un morceau de rivière par des classes chez nous, d’enfants de 10-12 ans. Comme cette action intéresse beaucoup Friendship, elle va aussi faire adopter par des classes ici au Bangladesh, et il y aura des dialogues entre les enfants de France et les enfants du Bangladesh sur cette question de l’adoption, pour dire « voilà des nouvelles de mon fleuves » comme on peut dire « voilà des nouvelles de mon chien, de mon chat ».

Et dernier point : nous avons comme idée de lancer un trésor commun, c’est-à-dire que les fleuves ne sont pas seulement des réservoirs de poissons, les fleuves sont également des réservoirs de légendes, les fleuves sont des lieux où l’art s’est depuis toujours crée avec des peintures, de la musique, des romans, des contes, des religions. Donc nous voudrions proposer ensemble à l’UNESCO de bâtir le grand trésor des fleuves du monde.

Erik (foreground left) goes over his notes during a meeting, attended by IAGF and Friendship staff. © Friendship

Je voudrais dire, c’est que pour les pays qui se disent tempérés, comme la France, le Bangladesh c’est au fond l’extrême, c’est-à-dire peut-être notre futur. Donc les solutions que l’on trouvera le plus vite possible pour le Bangladesh, seront les solutions que nous devrons trouver à peine plus tard pour des pays tempérés jusqu’à présent, comme la France.

Le Bangladesh, pour nous, ce n’est pas de l’exotisme. Nous sommes membres de la même fraternité et nos défis sont les mêmes. Je ne cherche pas de l’exotisme, je cherche au fond de la similarité.

Ou plus exactement de la fraternité, de l’amitié.

F: Vous avez étendu cette amitié dans de nombreux pays…

E: Oui, nous proposons des actions, étant donné ce qu’on a vu, on admire la plupart du temps et on dit « voilà en quoi on pourrait vous aider ». Dans certains domaines, eux ils vont nous aider. C’est l’échange. Étant donné l’urgence et la gravité de la situation, il faut unir toutes nos forces. Les forces des associations à l’international et multidisciplinaire, mais aussi les Etats et les associations. Il s’agit d’une mobilisation générale.

Et ce n’est pas seulement la question des cyclones, des inondations, de la sécheresse. Ce sont des questions de la salinité de l’eau, cette question qui est gravissime et se pose un peu partout. Vous voyez, c’est la question de l’eau potable. C’est la question de la pollution. Donc, ce qui paraissait naturel, ne l’est plus, parce que la nature est en folie. Donc voilà la situation, encore une fois il s’agit d’une mobilisation pacifique, parce que si on n’a pas cette mobilisation pacifique, les conflits vont éclater un peu partout.

Ça commence par les enfants. La prise de conscience commence par les enfants. Quand on demande aux enfants, dans les villes, d’où vient l’eau, ils disent du robinet. Il faut arrêter ce résumé insupportable. Une sorte d’idée me vient : il faut arrêter avec l’eau du robinet, et regarder un peu plus la rivière.

Spread the love

DIscover more on:

You may also like

Woven with love

Woven with love

Choosing deshi and sustainable fashion this Eid by Ayman Anika (The Daily Star)April 8, 2024 As we gear up for the upcoming Eid-ul-Fitr, there's this beautiful buzz in the air filled with anticipation and a spirit of giving. We can — with the intention of not just...