LEGACY, notre héritage

Le réveil des consciences et l’esprit d’entraide des humains seront-ils suffisants contre la crise climatique et écologique qui est en passe de rendre notre planète inhabitable ?
(English version below)

– Projection du film LEGACY de Yann Arthus-Bertrand à Luxembourg –
De gauche à droite: Pierre Ahlborn (Administrateur-Délégué, Banque de Luxembourg), Pierre Gramegna (Ancien Minsitre des Finances, Directeur Général ESM), Joëlle Welfring (Ministre de l’Environnement, du Climat et du Développement Durable), Robert Kohnen (Aide de camp du Grand-Duc), Yann Arthus Bertrand, S.A.R. le Grand-Duc, Runa Khan (Fondatrice de Friendship), Marc Elvinger (Président de Friendship Luxembourg), François Bausch (Vice-Premier Ministre) et Tonika Hirdman (Directrice Générale, Fondation de Luxembourg) – photo: ©Claude Piscitelli
Friendship Luxembourg
December 19, 2022

C’est bien évidemment en train que Yann Arthus-Bertrand a rejoint Luxembourg depuis Paris le mardi 13 décembre. La journée était tellement glaciale que le réchauffement climatique paraissait bien loin. Et pour cause, ce n’est pas de réchauffement que nous devrions parler, mais plutôt de dérèglement climatique, l’un des sujets de prédilection de Yann Arthus-Bertrand depuis le sommet de Rio en 1992.

A travers son dernier film, Legacy, notre héritage, le photographe et cinéaste vient nous raconter l’histoire d’une vie, la sienne, ainsi que celle de la Vie avec un grand V, de la vie sur terre depuis les débuts et de la vie des humains qui, revue à l’échelle de 24 heures, n’apparait sur terre que dans les toutes dernières minutes. Dans ce très court laps de temps, l’espèce humaine a réussi à dominer, puis dérégler le climat et le cycle du vivant qui avaient mis des millions d’années à s’installer. Nous sommes entrés dans l’anthropocène, l’ère de l’humain.  

Aujourd’hui, si l’humanité veut continuer à habiter la terre dans des conditions sereines et à subvenir à ses besoins de base, le changement de cap est une urgence absolue. Le film Legacy montre la beauté de ce qu’il s’agit de préserver et donne aussi des pistes pour le changement, à la fois individuel et collectif, pour offrir un peu d’espoir pour l’avenir de nos enfants.

L’événement, co-organisé par Friendship avec la Banque de Luxembourg, la Fondation de Luxembourg et avec le soutien de la Fondation GoodPlanet, a inclus deux séances de projection du film, dont une l’après-midi avec plusieurs classes de lycéens luxembourgeois, et une le soir devant une assemblée de près de 200 invités.

Les lycéens, exhortés par Yann Arthus-Bertrand à se rebeller et ne pas se décourager, ont démontré beaucoup d’intérêt et l’envie d’agir pour le changement. Certains des exemples qu’ils ont partagés avec la salle étaient ceux de devenir végétariens, de rejoindre des « climate clubs » et de faire du plaidoyer autour d’eux. Ils semblaient convaincus qu’en agissant ensemble ils pouvaient changer les choses : diminuer drastiquement les émissions de CO2, protéger la biodiversité et arrêter la surexploitation des ressources.

La soirée a été rehaussée et honorée par la présence de S.A.R. le Grand-Duc, mobilisé par la défense de l’environnement et conscient de l’urgence de la situation ainsi que grand ami de Yann Arthus-Bertrand, de la Ministre de l’Environnement, du Climat et du Développement Durable, Mme Joëlle Welfring, du Vice-Premier Ministre, M. François Bausch. (Voir sur les réseaux sociaux ici et ici).

Ce fut aussi l’occasion de célébrer, à Luxembourg, les 20 ans de Friendship. Déjà en 2002 au Bangladesh, en découvrant des régions aussi pauvres et isolées que les chars, Runa Khan était animée par les mêmes préoccupations qui touchent le monde entier aujourd’hui : comment garder l’espoir et des conditions de vie dignes malgré un environnement complexe et perturbé ? Depuis, la crise climatique s’est accentuée et les populations du Bangladesh sont frappées de plein fouet malgré leur très faible contribution au problème du dérèglement climatique. En agissant dans le laboratoire climatique et social qu’est le Bangladesh, Friendship ouvre la voie et montre des solutions depuis 20 ans, centrées sur l’humain et la nature, pour un avenir meilleur, plus juste, durable et équitable. Ce sera sans doute cela, l’héritage de Friendship.


RTL a fait un petit reportage à l’occasion de la venue de Yann Arthus-Bertrand à Luxembourg: D’Geschicht vun der Äerd an d’Schied um bloe Planéit.


Will awareness and solidarity among humans be sufficient to curb the climate and ecological crisis which is on the verge of making our planet uninhabitable?

It was of course by train that Yann Arthus-Bertrand reached Luxembourg from Paris on Tuesday 13th of December. The icy day made global warming seem unreal. The truth is, we shouldn’t call it global warming, but rather climate crisis or climate emergency, one of Yann Arthus-Bertrand’s favourite subjects since the Rio summit in 1992.

Through his latest film, Legacy, notre héritage, the photographer and filmmaker tells us the story of a life, his life, as well as the story of Life with a capital L: life on earth since the beginning of time and the life of humanity which, on a 24 hours scale, only appears in the very last minutes. During this incredibly short time, the human species has managed to dominate, and then disrupt, the climate and the cycle of life that had taken millions of years to establish. We have entered the Anthropocene, the age of the human. 

Today, if humanity is to continue to inhabit the earth in peaceful conditions and provide for its basic needs, a change of course is an absolute necessity. The film Legacy shows the beauty of what needs to be preserved and provides a pathway for change, both individually and collectively, to offer some hope for our children’s future.

The event, co-organised by Friendship with Banque de Luxembourg, Fondation de Luxembourg and with the support of GoodPlanet Foundation, included two screenings of the film, one in the afternoon with several classes high school students from Luxembourg, and one in the evening in front of an assembly of nearly 200 guests.

The students, urged by Yann Arthus-Bertrand to rebel and not be discouraged, showed great interest and a desire to act for change. Some of the examples they shared with the audience were: becoming vegetarians, joining climate clubs and advocating for change around them. They seemed convinced that by acting together they could make a difference: drastically reduce CO2 emissions, protect biodiversity and stop overexploitation of resources.

The evening was honored by the presence of H.R.H. the Grand Duke, himself and environmental advocate and aware of the urgency of the situation, as well as a great friend of Yann Arthus-Bertrand, the Minister of the Environment, Climate and Sustainable Development, Mrs. Joëlle Welfring, and the Deputy Prime Minister, Mr. François Bausch. (See on social networks here and here).

It was also the occasion to celebrate Friendship’s 20th anniversary in Luxembourg. Already in 2002 in Bangladesh, when she discovered regions as poor and isolated as the chars, Runa Khan was animated by the same concerns that affect the whole world today: how to keep hope and dignified living conditions despite a complex and disturbed environment? Since then, the climate crisis has deepened and the people of Bangladesh are being hit hard despite their very small contribution to the problem of climate change. By acting in the climate and social laboratory that is Bangladesh, Friendship has been leading the way and showing solutions for 20 years, centered on people and nature, for a more just, sustainable and equitable future. This will undoubtedly be the legacy of Friendship.

Spread the love

You may also like

Twenty Years of Friendship

Twenty Years of Friendship

by Runa KhanDecember 7, 2022 On the twentieth anniversary of our founding, I cannot help but think back on where we started, how far we’ve come, how strongly with dedication we have grown, and also on our hopes for the future. At the turn of the millennium the world...