by Marc Elvinger, Chairman Friendship Luxembourg

Chères amies, chers amis,
Dear Friends of Friendship (translation below),

A l’instant même où, dans son dernier Editorial, Runa Khan voit guetter la menace d’une Crisis Fatigue dans un Bangladesh se débattant avec une triple crise sanitaire, économique et climatique (très fortes inondations à l’instant même après un cyclone dévastateur en mai), nous faisons, chez nous, l’expérience de l’impact d’un relâchement de la vigilance. Le constat de Runa à propos de l’instinct de survie de ses compatriotes les plus exposés, « When our people face disasters, they know that there is a very thin line between life and death, and that it is truly up to themselves to survive », nous interpelle quand, ici, une deuxième vague se nourrit du moins en partie de la confiance, sinon de l’insouciance, de « au cas où » pouvoir se refaire grâce à des centaines de lits d’hôpitaux flanqués de respirateurs prêts à servir. Caricature sans doute, mais pas tant que cela ! …  Dans notre propre intérêt bien sûr, mais par respect aussi pour tous ceux et celles qui n’ont pas le luxe de notre filet de sécurité, prenons soin de nous !

En attendant, voici ce que Friendship se propose – vous propose – de faire concrètement :

Alors que le large scale testing se déploie au Luxembourg et que les autorités doivent en appeler à la population pour qu’elle participe pleinement à l’exercice, se faire tester au Bangladesh relève de la gageure. Prenez la mesure : 19.079 tests réalisés au Luxembourg dans la journée d’avant-hier pour une population de 800.000 personnes (frontaliers compris); pendant la même journée, 12.898 tests réalisés au Bangladesh parmi une population de 170 millions d’habitants ! Pas question, dans ces conditions, de ne fut-ce que rêver de dépistage systématique ! Très difficile de se faire tester même en présence de symptômes alarmants. Et un défi dramatique pour tous ceux qui souffrent de morbidités « communes » mais se voient refuser l’accès à l’hôpital, même en urgence, quand ils ne sont pas en mesure de présenter un certificat de test négatif au Covid 19 – une réalité de tous les jours au Bangladesh en ce moment !  De plus, les capacités de dépistage très limitées se concentrent dans les centres urbains, alors que 70 % de la population vit en région rurale.

C’est dans ces conditions que Friendship s’apprête à se doter d’une capacité propre de dépistage du Covid 19 dans ses régions d’intervention du Nord du Bangladesh, dans le district rural de Gaibanda sur les rives du fleuve Brahmapoutre où une telle capacité fait totalement défaut.

Pour cela nous nous proposons de mobiliser un financement d’équipement et d’installation de l’ordre de 110.000 EUR, suivi de frais de dépistage courants de l’ordre de 30.000 EUR par mois, le coût d’approvisionnement d’un test PCR étant actuellement plus élevé au Bangladesh qu’au Luxembourg !

Nous espérons pouvoir compter sur votre appui pour ce projet relativement auquel vous trouverez plus d’informations ici !

Et n’oubliez pas que vous pouvez aussi nous apporter votre soutien en venant dans notre Pop-Up Shop dans la Grand-Rue où, dans le cadre de notre campagne No Business as Usual, nous avons d’ores et déjà vendu près de 5.000 masques de protection nous permettant d’en remettre autant aux Épiceries Sociales de la Croix-Rouge au bénéfice de personnes vulnérables au Luxembourg !

Merci, toujours, pour votre soutien !

Marc Elvinger
Président Friendship Luxembourg


Dear Friends of Friendship

At the very moment when, as stated in her last Editorial, Runa Khan sees the threat of a Crisis Fatigue looming in Bangladesh as it is struggling simultaneously the Covid 19 pandemics, the ensuing economic crisis and climate disasters (very strong flooding these days after a devastating cyclone in May), we are experiencing at home the impact of a relaxation of vigilance. Runa’s observation about the survival instinct of her most vulnerable countrymen, “When our people face disasters, they know that there is a very thin line between life and death, and that it is truly up to themselves to survive“, challenges us when, here, a second wave feeds in part on the confidence, if not recklessness, that there are hundreds of hospital beds flanked by respirators ready for use. This is perhaps an exaggeration but no doubt, a reality.  In our own interest of course, but also out of respect for all those who do not have the luxury of our safety net, let’s take care of ourselves!

In the meantime, here is what Friendship proposes – proposes to you – to do concretely:

While the large-scale testing is going on in Luxembourg and the authorities have to call on the population to participate fully in the exercise, getting tested in Bangladesh remains a challenge. Take for example: 19,079 tests carried out in Luxembourg the day before yesterday for a population of 800,000 people (including commuters); concurrently, on the same day, 12,898 tests were carried out in Bangladesh among a population of 170 million! No need to say that in these circumstances it is out of the question to even just dream of systematic screening in Bangladesh when it is extremely difficult to get tested even for those presenting alarming symptoms. And it poses a dramatic challenge to all those who suffer from “common” diseases and who are denied access to hospitals even in an emergency, if they are not able to present a negative test certificate for Covid 19. This is an everyday reality in Bangladesh now!  Moreover, the very limited testing capacity is concentrated in urban centres, while 70% of the population resides in predominantly rural areas.

It is under these conditions that Friendship is preparing to build its own capacity to screen for Covid 19 in its intervention areas in northern Bangladesh, in the rural district of Gaibanda, on the banks of the Brahmaputra River, where such a capacity is totally lacking.

To this end, we propose to mobilise funding for equipment and installation in the order of 110,000 EUR, followed by current screening costs in the order of 30,000 EUR per month, being noted that the cost of supplying a PCR kit test is currently higher in Bangladesh than what it is in Luxembourg.

We hope to be able to count on your support for this project for which you will find more information here!

And don’t forget that you can also support us by coming to our Pop-Up Shop in the Grand-Rue where, within the context of our No Business as Usual campaign, we have already sold nearly 5,000 protective masks allowing us to donate the same amount to the Epiceries Sociales of the Red Cross for the benefit of vulnerable people in Luxembourg!

Thank you, always, for your support!

Marc Elvinger
Chairman Friendship Luxembourg